Le G20, qui s’est déroulé à Buenos Aires, fut le lieu d’une importante signature concernant les cryptomonnaies. En effet, il s’agissait plus exactement d’une déclaration dans laquelle les pays du G20 promettent de réguler les cryptomonnaies. Mais aussi de combattre le blanchiment de capitaux et financement du terrorisme.

Le G20 et le GAFI

“Nous régulerons les crypto-actifs afin de lutter contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, en concordance avec les normes du Groupe d’action financière (GAFI), et nous envisagerons, si besoin, de prendre d’autres initiatives analogues.”

Mais qu’est ce que le GAFI ? Il s’agit d’un organisme intergouvernemental basé à Paris. Cet établissement est spécialisé dans la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Les membres de cette institution s’étaient d’ailleurs réunis en juin afin de discuter des règles à imposer aux plateformes d’échange de cryptomonnaies.

Vous n’êtes pas sans savoir que l’économie se numérise de plus en plus. Dans cette idée, les état membres cherchent une méthode législative efficace afin de trouver “une solution consensuelle pour répondre aux conséquences de la numérisation de l’économie sur le système fiscal international, avec une nouvelle réunion qui se tiendra en 2019 et un rapport final qui sera publié en 2020”.

Pour assurer un contrôle sur la crypto-sphère, les pays du G20 avaient fait part d’un message dans lequel ils annonçaient leur intention de réformer et d’introduire des règles anti-blanchiment. De ce fait, ils ont donné pour mission au Conseil de stabilité financière (CSF) de travailler sur cette réformation. Cette dernière ne se fit pas attendre :

“L’objectif de ces normes consiste à identifier, au moment opportun, l’émergence de toute préoccupation liée à la stabilité financière. Pour y parvenir, elles s’appuient, lorsqu’elles sont disponibles, sur des données issues de sources publiques. Afin d’employer une méthode permettant de mesure les risques potentiels.”

Une volonté de Mark Carney ?

Le G20 et le directeur du GAFI : Mark Carney

Par ailleurs, il est possible de retrouver, à travers ce groupement, la volonté de Mark Carney (gouverneur de la Banque d’Angleterre). Ce dernier a toujours été militant pour une surveillance des activités cryptomonnaies. En effet, ce dernier est le dirigeant du groupement économique. Il est donc légitime de penser que sa volonté se retranscrit à travers son institution. D’ailleurs, Mark a effectué un discours lors de la Scottish Economics Conference. Dans ce dernier, il précise bien son agacement au sujet de la cryptomonnaie.

“La réponse longue et bienveillante : les crypto-monnaies agissent comme de l’argent. Au mieux, seulement pour certaines personnes, et, dans une certaine mesure, seulement en parallèle avec les monnaies traditionnelles des citoyens.”

Si la crypto-sphère vous passionne autant que nous, nous vous invitons à lire notre article sur les prévisions d’IBM concernant le BTC.